Les fêtes indiennes

Toujours spectaculaires, colorées et riches en mouvements, les fêtes indiennes sont nombreuses dont les principales sont les suivantes …

Dussehra

Le Ramayana raconte que Ravana, roi du Lanka enleva Sita, épouse du Dieu Rama et l’a retint prisonnière sur son île. Pour la délivrer, Rama passa une alliance avec Sugreeva, le roi du peuple des singes. Une longue bataille eut alors lieu entre l’armée du peuple des singes et l’armée des démons. C’est finalement Rama qui y mit fin en tuant Ravana.

Pour célébrer cette victoire, les dévots font annuellement une procession en portant des effigies de Ravana, de son frère Kumbhakarna et de son fils Meghanatha. Tout au long de la procession, des extraits du Ramayana sont récités ou mis en scène par des troupes de théâtre. On adresse également des prières à Rama et dépose des pousses d’orge sur les autels. Le clou du spectacle se déroule le soir venu lorsqu’on fait exploser les effigies qu’on a préalablement rempli de pétards.

Dussehra

Diwali

Elle a lieu entre le mois d’octobre et le mois de novembre, généralement 20 jours après la grande fête de Dussehra. On la surnomme la fête des lumières puisqu’à chaque édition, les foyers allument des petites lampes à huile, aujourd’hui de plus en plus troquées par des lampes électriques, pour célébrer le retour du Dieu Rama et Sita après un exil de 14 ans. En Inde, le Diwali fait partie des fêtes les plus joyeuses durant lesquelles on s’échange des bonbons et autres sucreries. Dans certaines régions du pays, le Diwali est également dédié à Lakshmi et à Kali.

Lamp of Diwali
Lamp of Diwali

Holî

On l’appelle également fête des couleurs ou Phâlgunotsava. Elle se déroule chaque année pendant deux jours pour accueillir le printemps et célébrer la fertilité. Même si Holî est célébré dans tout le pays, elle est dédiée à Krishna dans le nord et à Kama dans le sud. Durant les festivités, un feu est allumé la nuit du premier jour pour commémorer la crémation de Holîka. Le lendemain, tout le monde revêt des habits blancs et se jettent des pigments de couleur. Chaque couleur a une signification particulière :

–          le vert signifie harmonie

–          l’orange symbolise l’optimisme

–          le bleu pour la vitalité

–          le rouge pour la joie et l’amour

Après s’être jeté des pigments de couleur, il est d’usage de s’excuser et de s’inviter à partager des mets spécialement préparés pour le Holî.

holi festival

 

Outre ces trois célébrations, les Indiens ont d’autres évènements à célébrer tout au long de l’année comme le Raksha bandhan, les fêtes nationales et tout un tas de foires et festivals.

Poursuivre la lecture

Bollywood : une composante importante du cinéma Indien

Quand on parle de Bollywood, on le rattache inévitablement au cinéma indien en général et pourtant, il faut savoir que ce terme n’est qu’une infime partie de l’industrie cinématographique en Inde.

Bollywood

Ce terme est la combinaison de « Bombay » et « Hollywood » et se réfère donc au cinéma produit à Bombay, capitale économique de l’Inde. Le Bollywood est donc un genre cinématographique qui, outre son berceau, se caractérise également par la langue de diffusion qu’est le Hindi et la présence de séquences de chants et de danses dans les films. D’une manière générale, les films Bollywood durent entre deux à trois heures.

bollywood dance

Une composante importante de l’industrie cinématographique en Inde

Même si le Bollywood ne regroupe que les films réalisés à Bombay et en langue hindi, il représente une composante importante de l’industrie cinématographique en Inde. Les films correspondants à ce genre sont actuellement diffusés dans le monde entier notamment en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est.

L’industrie cinématographique indienne

Le cinéma indien est considéré comme le plus important au monde en termes de nombre de films tournés. Les Indiens s’y sont intéressés dès le début, juste après que les frères Lumière aient commencés. Ces derniers, après avoir organisé leur première projection publique au « Salon Indien » du Grand Café à Paris ont effectivement débarqué à Bombay pour y présenter six de leurs œuvres. Cette projection fut organisée au Watson’s Hotel à Mumbai et même si bon nombre d’Indiens furent effrayés par le réalisme du film, ils y ont quand même pris goût.

Il a toutefois fallu attendre 17 ans plus tard pour que le premier réalisateur Indien, Dhundiraj Govind Phalke réalise le premier long métrage muet indien qui fut en ce temps-là, sous-titré en hindi et en anglais. Dès lors, l’industrie cinématographique indienne n’a cessé de se développer et compte de nos jours de nombreuses composantes selon la langue de diffusion. On peut citer :

–          le Bollywood en hindi

–          le Jollywood en assamais

–          le Brijwood en braj bhasha

–          le Chhollywood en chhattisgarhi

–          le Gollywood en gujarati

–          le Punjwood en pendjabi

–          l’Ollywood en oriya

–          le Mollywood en malayalam

–          le Sandalwood en kannada

–          le Kollywood en tamoul

–          le Tollywood en télougou

 

Ardeshir Irani : une grande figure du cinéma indien

Ardeshir Irani fut parmi les premiers grands réalisateurs indiens. C’est notamment à lui que l’Inde doit son premier film parlant de toute l’histoire ainsi que son premier film couleur.

Poursuivre la lecture

Technique pour bien mettre un sari.

Comment mettre un sari indien ?

Cette tenue traditionnelle est loin de se porter comme les vêtements occidentaux ! Cette pièce de tissu présente des dimensions hors norme : 1.20 mètre de large pour 5 à 10 mètres de long.

Le choix des vêtements

En plus du sari, vous aurez besoin d’un long jupon qui tombe sur vos chevilles. Celui se fixe à l’aide d’un cordon, serré au niveau de la taille. Portez également un choli ou un t-shirt moulant, qui maintient le buste et dont la couleur et le type s’accorde avec votre sari.

La technique pour bien mettre votre sari

Placez le sari le long de vos jambes et glissez l’extrémité supérieure du tissu dans le jupon. Vous allez alors régler la longueur du sari. Retroussez ainsi le sari en faisant tout le tour de la taille, en partant vers la gauche, puis sur le dos, jusqu’à faire un tour complet.

Faites ensuite un tour supplémentaire (si vous avez un grand sari) mais cette dois sans glisser le sari dans le jupon, puis passer le tissu restant au-dessus de l’épaule gauche. Regardez la partie supérieure du sari, celle qui longe le côté gauche de votre cou. Elle descend jusque dans votre dos. Avec votre main gauche que vous passez dans votre dos, vous pouvez l’attraper. Ramenez ce tissu le long du dos, en passant sur la hanche gauche, de manière à rejoindre le ventre. Fixez cette partie du sari que vous avez en main, dans le jupon.

Enlevez la partie du sari qui est posée sur votre épaule gauche et laissez-la à terre, devant vous : le long de vos jambes, vous obtenez deux pans de tissus. Attrapez celui de droite et repliez-le sur lui-même, en accordéon, jusqu’à ce que vous arriviez au bout. Fixez cette bande de tissu plié, en la retroussant légèrement à l’intérieur du jupon. Il vous reste un morceau de tissu, le pan de gauche. Faites-le passer le long de votre dos pour faire le tour de la taille et le ramener devant vous. Vous allez également prendre cette fois l’extrémité du tissu et la plier en accordéon vers l’intérieur. Posez cette bande de tissu pliée sur votre épaule gauche.

Votre sari est prêt ! Vous pouvez choisir de le laisser ainsi, avec donc une liberté de mouvement du tissu, ou choisir de le fixer avec des épingles.

Le port du sari demande que vous sachiez mettre en valeur l’ampleur du tissu, car c’est là toute l’élégance du sari indien. La façon dont vous tiendrez le tissu en main ou dont vous le positionnerez sur l’épaule, fait toute la beauté de la tenue indienne.

Tout nos saris sur www.traditionaldressing.fr

comment mettre un sari

Poursuivre la lecture